APMEP Régionale de Toulouse

Réunion nouveau programme de seconde

lundi 27 avril 2009 par Marie-Christine PALANDJIAN

Compte-rendu de la réunion organisée par la commission lycée APMEP de la régionale de Toulouse sur le projet de nouveau programme de seconde.


Le mercredi 22 avril, 17 collègues de mathématiques se sont réunis pour réagir et discuter sur le projet de nouveau programme de seconde.

Voici les grandes lignes de la discussion.


  1. Du mécontentement !


  • Ce projet arrive bien tard. Le programme de 3ème a été publié au BO HS n° 6 du 19 avril 2007 !

  • Le programme d’un niveau ne peut être apprécié que si l’on connaît les orientations des classes suivantes. C’est une vision globale dont on a besoin.

  • Cette consultation à laquelle nous participons comme beaucoup d’autres, n’est-elle pas un alibi ? On se souvient de la consultation sur les programmes de STG où les demandes des enseignants n’ont pas été entendues ( cf les demandes de dédoublements).


  1. Un questionnement fondamental.


    • Quelles orientations donne-t-on à l’enseignement des mathématiques ?

    • Quels savoirs souhaite-t-on transmettre ?

    • Quelle formation souhaite-t-on apporter à l’ensemble des élèves ? Et en particulier aux scientifiques dont le besoin pour le pays est de plus en plus indispensable.


  1. Les orientations de ce programme.


    • L’accent est mis sur l’expérimental, extrait : « Le programme a été conçu et écrit pour être mis en œuvre avec l’outil informatique ».

    • L’accent est mis sur la recherche de problèmes, conduire un raisonnement, une démonstration.

    • Le contenu en termes de savoirs diminue la place des calculs , extrait « Les capacités attendues sont en nombre volontairement limité ». « L’acquisition de techniques n’est pas un objectif en soi ». 



  1. Nos inquiétudes .


    • Nous ne sommes pas contre l’utilisation des TICE et reconnaissons son utilité dans la formation des élèves. Mais une place trop importante constitue une orientation qui n’est pas sans risque, car mangeuse de temps au détriment d’autres acquisitions. D’autre part, elle nécessite des dédoublements à tout niveau et pas seulement en seconde, des moyens en dotations, en formation et en maintenance dans les établissements, une nouvelle organisation au sein du lycée. On lit : «  l’utilisation des outils logiciels doit intervenir … dans le cadre du travail personnel des élèves hors du temps de classe ». Un bon nombre d’établissements ne mettent pas en libre accès le matériel informatique, qu’en est-il des élèves des classes sociales les plus défavorisées ?


    • On ne peut être contre la recherche de problèmes mais il ne faudrait pas que lui consacrer une place trop importante décourage des élèves qui se reconnaissent plutôt dans une activité plus rassurante consistant, de temps en temps, à « faire des gammes ». D’autre part les élèves ne peuvent conduire un raisonnement dans une recherche de problèmes que s’ils ont été formés à la démonstration or, la place de l’entraînement à la démonstration nous apparaît trop restreinte dans le projet. Enfin les élèves ne peuvent prendre des initiatives et développer différentes pistes de recherche que s’ils sont riches d’un savoir et de savoir-faire (dans le calcul notamment ).





  1. A propos du contenu.


    • Des pans entiers de géométrie ont disparu (vecteurs, espace, triangles semblables, rotations ), ainsi que la trigonométrie. Pourquoi ces suppressions ?


    • Pourquoi l’algorithmique et pourquoi maintenant ?

On lit : « la démarche algorithmique est, depuis les origines, une composante essentielle de l’activité mathématique », « a une place naturelle dans tous les champs des mathématiques », comment se fait-il

que cet enseignement soit introduit maintenant alors qu’il n’est familier qu’à une minorité d’enseignants  ?


La géométrie fait tout autant partie de notre culture.

La suppression de la géométrie vectorielle risque de gêner les futurs élèves de 1S, de 1STI, (on a du mal à imaginer une introduction, aussi tardive, au niveau de certains cursus de première) et risque aussi de créer une rupture avec l’enseignement de la physique.

D’autre part, on s’interroge aussi sur la place de la géométrie dans l’espace dont on nous dit « que les configurations de l’espace doivent être le support de nombreux problèmes », on ne voit pas très bien comment les raccorder avec les capacités attendues de géométrie !


  • A propos des thèmes.


Des thèmes existaient dans l’ancien programme, a-t-on évalué leur impact sur les élèves ? La place que les enseignants leur accordaient ?


Les nouveaux thèmes proposés nous apparaissent comme très proches des orientations de la réforme du lycée qui a été abandonnée. Déconnectées de la partie obligatoire, ces activités d’ouverture peuvent être facilement supprimées. Nous craignons que cela n’aille de pair avec une diminution des horaires.L’horaire actuel de la classe de seconde est nécessaire à tous les élèves.


D’autre part, le choix d’un des trois thèmes n’est pas sans conséquence sur une classe entière et implique des différences d’acquisitions au sein d’un même niveau, donc ne facilite ni la tâche de l’orientation, ni l’enseignement dans les classes supérieures.


Aussi nous pensons qu’il serait préférable de remplacer le choix d’un thème par un contenu commun à l’ensemble des élèves, en cohérence avec le programme de seconde et les futurs programmes de première, contribuant à une meilleure formation pour nos futurs scientifiques.



  1. En conclusion :


Nous regrettons un programme tardif, souhaitons une prise en compte de la consultation.


Nous déplorons le manque de connaissances des grandes lignes des programmes de première et terminale.


Nous sommes ouverts au changement mais souhaitons que les choix faits soient clairement justifiés dans la perspective de la formation, bien sûr, de tous les élèves, mais aussi des scientifiques dont on nous dit qu’ils sont en nombre insuffisant dans les études supérieures !


En fonction des orientations adoptées, nous demandons une réelle formation de tous les enseignants et des moyens en conséquence, dont des dédoublements pour toutes les classes de lycée.




La commission lycée APMEP de la régionale de Toulouse

Responsable : Marie-Christine Palandjian

 

PDF - 54.2 ko
Le compte-rendu



Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 111089

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le lycée   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License